Evo Morales et l’utilisation permanente du droit à insulter