SILENCE, ON TUE EN COTE D’IVOIRE