Amériques : Les informations des peuples indigènes au 20/09/09

Je partage sur :

Servindi, le 20 novembre, 2009. - Nous présentons notre habituel micro informatif le "Monde Indigène Jour après jour" avec notre résumé hebdomadaire d’infos que nous autorisons à reproduire librement par tout média : Internet, radio, corne, haut-parleur, etc.

Bolivie : Du 3 au 5 novembre s’est tenue à l’Hôtel de La Paz, Radisson, un séminaire international sur le « Vivre bien ». Le lecteur bien informés sait déjà qu’il s’agit d’une étape supplémentaire pour rendre opérationnelle cette question de la Constitution de 2009.
Ce qui est stimulant c’est que maintenant ce sujet est déjà inclus au niveau du Ministère de la Planification. La participation d’invités locaux et internationaux a permis de constater que les boliviens ne sont pas seuls sur ce chemin. Cette politique nommé Suma Qamaña en Bolivie, Sumak Kawsay en Equateur et qui est aussi discuté au Butan développent des indicateurs sur le "Vivre bien", comme un produit national de joie générale.

Argentine : On déplore cinq blessé par balle suite à la répression policière contre une manifestation autochtone de la région de Salta. L’action policière s’est déroulée le 9 novembre dernier après 14 jours de protestation.
La police conduite par le commissaire Ayala a fait irruption au milieu des négociations avec Atta Geral, le maire de la ville de Juan Sola, elle n’a pas fait cas de la présence de nombreuses femmes et enfants. Les communautés autochtones voulaient négocier des emplois avec les autorités provinciales et municipales.

Equateur : Les populations autochtones sont prêtes à manifester pour défendre leur proposition de loi pour un droit à la communication qu’il livreront à l’Assemblée Nationale. Ces demandes ont été adoptées lors du forum national des peuples et des organisations sociales, qui a réuni les dirigeants de multiples organisations de quartier, organiisations sociales autochtones, entre autres.
Parmi les points de la demande on trouve la mise en place dans la loi du caractère public de la communication, dans lequel la société civile sera un acteur clef pour la démocratisation de la communication.

Chili : Le Service Médical Chilien a confirmé le meurtre d’une balle dans le dos du jeune mapuche Catrile Matthias, tué par la police lors d’une manifestation pour la récupération de terres ancestrales dans la région de l’Araucanie en janvier 2008. L’avocat de la famille a du coup demandé 15 ans de prison pour le policier incriminé, ce qui est la peine maximale pour le délit de "violences inutiles ayant entraîné la mort".

Droit des femmes : Du 23 novembre au 25 novembre sera organisé le Premier Congrès National des Femmes Indigènes Andines et Amazoniennes du Pérou dont la finalité est de constituer une organisation nationale “solide et renforcée” représentative des femmes indigènes du Pérou.
L’événement se passera à l’Hôtel Riviera et est organisé par le Lien Continental des Femmes Indigènes de la Région Sud-américaine, l’Atelier Permanent des Femmes Indigènes Andines et Amazoniennes du Pérou et de Chirapaq, et le Centre de Cultures Indigènes du Pérou.

Eau : La Confédération Nationale Agraire et l’Association Nationale de Fonavistas des Peuples du Pérou a présenté 60 000 signatures en appui au Projet de Loi qui ordonne la non privatisation de l’eau, des ressources naturelles et la dérogation de l’ensemble des décrets législatifs.
Les pétitions ont été livrés au Jury National des Élections à la fin d’une marche populaire.

Ultimatum : Les communautés indigènes Harakmbut, Matsiguenga et Yine ont envoyé une dernière invocation pour que l’entreprise Hunt Oil abandonne la Réserve Commune Amarakaeri, le territoire ancestral indigène, dans lequel elle s’est installée sans le consentement des peuples bénéficiaires pour des activités d’exploration pétrolière.

Forêt Centrale : Le centre peuplé José Olaya, du district de Pangoa, à Junín, a sollicité la fermeture de la base militaire située au milieu de la localité.
Le dirigeant Zacarías Huamán a assuré que l’installation est harcelée par les groupes subversifs auxquels répond l’armée et les villageois sont pris “entre deux feux”.

Mère de Dieu : Le Ministre de l’Environnement Antonio Brack a rassemblé un groupe de travail pour la légifération sur l’activité minière et freiner la pratique illégale de celle-ci.
L’agenda inclut la suspension des pétitions minières, l’exclusion des activités minières dans des zones protégées et les concessions forestières, de l’usage de dragues et de plus grandes facilités pour l’officialisation de l’activité minière sollicitée par les mineurs artisanaux.

Concessions : L’Organisme de Supervision des Ressources forestières et de la Faune Sauvage (OSINFOR) enquête sur cinquante-cinq concessions forestières dans les départements de Mère de Dieu et d’Ucayali pour manquement au contrat.
Des situations indues ont été vérifiées les concessions pourraient être annulées.

Réparations individuelles : L’Assemblée de la Communauté Trois Unis de Matereni, du district de Pangoa de la Province de Satipo dans la région de Junín, a exprimé son désaccord face à la dissolution probable du Conseil des Réparations et l’annulation des réparations individuelles.
Cristobal Armonasi Chapay, coordonnateur des Réparations a indiqué que déjà à Matereni il y a 35 victimes dûment enregistrées qui étaient en attente de réparation individuelle.
Doris Caqui, présidente de la Coordination des Personnes Affectés par la Violence Politique (CONAVIP), était de la même opinion, elle qui a annoncé il y a peu de jours l’organisation d’événements de sensibilisation devant la faible volonté politique de l’État Péruvien pour porter réparation aux victimes.

Congrès : Du 16 novembre au 20 novembre s’est déoulé “Où il y a un Souffle” le Congrès International d’Anthropologie Amazonienne des Pays Andins qui a réuni des chercheurs nationaux et étrangers reconnus.
L’événement a été organisé par l’Institut Français d’Études Andines (IFEA), le Centre Amazonien d’Anthropologie et d’Application Pratique (CAAAP) et l’Université Pontificale Catholique du Pérou (PUCP).

Pérou - Bolivie : Une étude de l’Autorité Binationale du Lac le Titicaca a remarqué que la biodiversité aquatique se trouce mise ne danger par la baisse des eaux du lac constatées ces sept derniers mois.
L’étude a précisé qu’une éventuelle tendance à la baisse des eaux du lac provoquerait la perte de la surface de développement des totoras, les joncs dont on utilise la fibre végétale et des aires de reproduction de poissons.

Source : Servindi Mundo Indígena al Día : Edición Perú, 20 de noviembre, 2009
Traduction : Primitivi