Bolivie : Ni calqué ni copié (analyse sans concession du socialisme bolivien)

par Guillermo Almeyra
Je partage sur :

Un article du journaliste et politologue argentin pour le quotidien mexicain La Jornada à propos de la Bolivie. Une analyse rapide, mais sans concession, du mouvement initié par Evo Morales et le parti MAS.

José Carlos Mariátegui [1], notre Amauta [2] andin moderne, a édifié les trois piliers fondateurs des sciences sociales en Amérique Latine après avoir déclaré que sans la libération des indigènes il n’y aurait pas de démocratie et de socialisme en amérique, que les rachitiques bourgeoisies nationales et leurs forces politiques ne pourraient pas accomplir les conquêtes démocratiques (comme la question de l’indépendance nationale ou celle de la terre) et que par conséquent, celles-ci devraient être concrétisées par le socialisme et qu’enfin sur nos terres, ne pouvait être ni calquées ni copiées les expériences faites sur d’autres continents, où existe une densité historique et culturelle très différente.

Le cours révolutionnaire actuel en Bolivie confirme ces affirmations. Dans la voie ouverte par le gouvernement nationaliste de Gualberto Villarroel (1943-1946) avec la première assemblée indigène, par la révolution de 1952 et ensuite par l’assemblée populaire de la fin des années 60 à l’époque du gouvernement nationaliste du général Juan José Torres, le gouvernement d’Evo Morales-Alvaro García Lineras construit une Bolivie dont l’État est basé sur un consensus indigène massif, une nation démocratique et moderne qui lutte pour son indépendance et celle de tous les pays latino-américains, dans la perspective de la création d’un régime social différent qui sorte le pays du capitalisme qui l’a placé dans une position de dépendance aiguë.

Là les problèmes commencent, parce que le but social est beaucoup plus défini par ce qu’il ne doit pas être – ni le "socialisme réel" totalitaire, ni l’impossible politique de la social-démocratie – que par un projet commun. Il existe la conviction que ce changement social ne peut être ni calqué ni copié sur l’expérience russe, yougoslave, chinoise ou cubaine, mais il doit s’attacher à l’histoire et aux conditions boliviennes. Et, bien sûr, la conscience d’un appareil étatique fort qui s’appuie sur le mouvement paysan et sur les travailleurs urbains sera l’outil fondamental pour construire les bases d’une transformation profonde de la Bolivie, qui est un pays vaste et très riche, peuplé par moins de 10 millions d’habitants et une grande quantité de travailleurs émigrés, surtout en Argentine, au Brésil et en Espagne.

Mais ici s’arrêtent les coïncidences entre le gouvernement lui-même et son parti, le Mouvement vers le Socialisme. Il y a, en effet, ceux qui pensent que l’actuel gouvernement est le "gouvernement des mouvements". Mais ces derniers n’ont pas de projet alternatif au capitalisme et, de plus, ils se basent sur la défense des conditions de vie et travail de leurs membres au sein de ce système, ils entrent alors souvent en conflit avec d’autres mouvements sociaux et avec le gouvernement lui-même et prennent très souvent un aspect corporatiste.

Il y a aussi, ceux qui pensent qu’il est possible de créer un modèle capitaliste des pauvres, appelé capitalisme andin, qui se baserait sur une alliance entre ce qu’il reste des ayllus (c’est-à-dire, les communautés préhispaniques) et la bourgeoisie nationale naissante, avec l’État comme ciment. Mais aujourd’hui cet État est capitaliste et, par conséquent, soumet encore plus les restes des organisations communautaires à une usure terrible – à travers le marché, l’éducation, les lois, les impôts – et tend en plus à les substituer aux éléments de la bourgeoisie nationale naissante, qui eux-mêmes naissent de la dissolution des communautés. D’autre part depuis les temps de la Colonie les ayllus ont arrêté d’être autosuffisants parce qu’ils ont arrêté d’être territoriaux (c’est-à-dire, d’avoir des terres dans les montagnes et dans les vallées, pour compenser par diverses productions les problèmes climatiques) et ils ont dû se concentrer dans des communautés inventées.

Il y a aussi ceux qui se donnent comme but un socialisme communautaire pas très bien défini. Il est certain que, comme Marx le disait dans ses célèbres lettres à Vera Zasulich, il est théoriquement possible que dans quelques pays non industrialisés, et qui disposent d’une forte base paysanne traditionnelle, le socialisme s’appuie sur les communautés agricoles qui n’ont pas encore été détruites par le développement du capitalisme. Mais le capitalisme d’aujourd’hui n’est pas celui du XIXe siècle et il y a des aymaras qui exportent en Chine et installent leurs enfants là-bas ils sortent de la communauté directement vers le marché mondial. D’autre part, le capitalisme soumet aujourd’hui l’agriculture et toutes les relations précapitalistes, et pénètre avec ses idées et ses marchandises par chaque pore de la société. Les membres communautés se différencient à grande vitesse et se dispersent. De plus, le socialisme requiert une éducation collective, mais aussi alternative, scientifique, démystificatrice. C’est le rôle du parti qui n’existe pas encore et que le MAS ne remplit par, et que les mouvements sociaux n’accomplissent pas non plus. D’autre part pour être socialiste, il faut d’abord arrêter de se voir en tant que communautaire, indigène, ouvrier ou paysan, pour ne pas perdre ces identités mais pour les intégrer dans une identité supérieure, celle d’un homme ou d’une femme libre, internationalistes, solidaires, ce qui est loin d’être le cas actuellement.

Aujourd’hui, si nous laissons de côté les quelques militants provenant des vieux partis de gauche, le gros des cadres du MAS sont des nationalistes pragmatiques et ils attribuent à l’État le rôle traditionnel extractiviste et distributionniste [3] qui caractérise le développementisme nationaliste classique de 1952. En même temps, ils trouvent dans la particularité de leurs mouvements l’occasion de faire carrière au sein de l’État en s’appuyant sur les bases mêmes qu’ils tendent à contrôler par la bureaucratie. Cela ouvre le chemin à une double bureaucratisation : celle des dirigeants qui s’intègrent dans l’appareil étatique et celle de la verticalisation croissante des organisations de base, à des fins et au moyen du clientélisme. Voilà le noeud du problème : dans le manque de finalités précises pour en finir avec le capitalisme et dans le manque d’un parti démocratique, pluraliste, non étatique qui donne une importance à la discussion théorique et à l’éducation politique de ses cadres.

Source : "Bolivia : ni calco ni copia"
Traduction : Primitivi


[1José Carlos Mariátegui (14 juin 1894, Moquegua, Pérou – 16 avril 1930) était un écrivain, un philosophe, un journaliste, et un activiste politique péruvien du début du XXe siècle, dont la pensée a marqué durablement les générations postérieures dans tous le continent sud-américain.

Écrivain prolifique jusqu’à son décès précoce à l’âge de 35 ans, il est considéré comme l’un des socialistes latino-américains les plus influents du XXe siècle. Son œuvre la plus connue, Sept essais d’interprétation de la réalité péruvienne, rédigée en 1928, demeure un livre phare en Amérique du Sud. Il travailla toute sa vie en faveur du développement d’un socialisme péruvien, qui ne soit pas la simple transposition au Pérou d’un modèle européen.http://fr.wikipedia.org/wiki/Jos%C3%A9_Carlos_Mari%C3%A1tegui

[2Amauta, journal fondé par José Carlos Mariátegui, publié entre 1926/1930 qui a relié l’avant-garde artistique et littéraire à la politique révolutionnaire.

Amauta signifie "sage" ou "enseignant" en Quechua, les amautas étaient des enseignants au sein de l’empire Inca. Voir http://en.wikipedia.org/wiki/Amauta et http://en.wikipedia.org/wiki/Amautas (en anglais).

Sur le même thème