Bolivie : Sommet de Cochabamba, les articles du 22 avril

Je partage sur :

Ne disposant pas d’assez de temps pour traduire tous les articles relatant les faits du Sommet de Cochabamba qui a eu lieu du 21 au 23 avril dernier nous publions un "digest" dont les liens sont passés à la moulinette d’un traducteurs automatique.

On sait c’est mal, mais si vous voulez la version originale, le lien est toujours disponible à la fin.

- Défendre la Terre requiert un être continental.
Le président Evo Morales a demandé aux mouvements sociaux, activistes, hommes de science et personnalités réunis à Cochabamba qu’ils organisent un organisme international de défense de la Terre-Mère qui représente les cinq continents et qui a la mission, entre autres, de donner devant l’Organisation des Nations Unies les conclusions émanant de la Conférence des Peuples qui se déroule à Tiquipaya (Cochabamba).

- La participation a dépassé les calculs de l’organisation.
La participation à la Conférence Mondiale des Peuples sur le Changement Climatique et les Droits de la Terre-Mère, qui s’est ouverte mardi mardi en Bolivie, a dépassé les espérances des organisateurs.

- les Présidents des pays voisins arrivent à la Conférence Climatique.
Les présidents du Venezuela, du Nicaragua et du Paraguay arrivent à Cochabamba pour faire partie de la Conférence Mondiale des Peuples sur le Changement climatique et les Droits de la Terre-Mère.

- les Missions cubaines de santé et d’éducation sont présentes.
Le travail des collaborateurs cubains en Bolivie, dans les domaines de la santé, de l’éducation et les mouvements de solidarité, touche la Première Conférence Mondiale des Peuples sur le Changement climatique.

- le Vice-président de Cuba apporte la voix de son peuple.
Le vice-président cubain Esteban Lazo est en tête de la délégation de son pays à la Conférence Mondiale des Peuples sur le Changement Climatique et les Droits de la Terre-Mère.

- la Délégation nicaraguayenne fait ressortir les résultats.
Juana Argeñal, la Ministre nicaraguayenne de l’Environnement et des Ressources Naturelles, a déclaré hier qu’a son avis l’actuel Sommet climatique donne aux peuples la voix qui leur a été refusée à Copenhague.

- Naomi Klein a participé à la session sur la Dette Climatique.
L’économiste, journaliste et femme de lettres canadienne Naomi Klein a affirmé aujourd’hui que la Conférence Mondiale des Peuples sur un Changement Climatique et des Droits de la Terre-Mère doit provoquer des réflexions importantes.

- les avancées des différents groupes de travail.
En général, tous les groupes ont faits des avancées importantes. La tendance de départ était de poser les problèmes locaux, régionaux ou communs, en perdant le sens global de la crise climatique. On a réussi à surpasser cette approche en en appelant à tous les groupes, le sujet du changement climatique a dilué les différences de langues et cultures en permettant une vision partagée.

- le Développement rural a montré ses avances au Sommet.
Le Ministère du Développement rural et de la Terre (MDRyT) a exposé à la Conférence Mondiale des alternatives ancestrales de production agricole destinées à assurer la production et la souveraineté alimentaire du pays. Plusieurs techniques ancestrales andines pour la culture ne sont pas archaïques mais sont au contraire très proches des actuelles découvertes scientifiques en terme de conservation des sols et de gestion de l’irrigation.

- la Commission approuve 5 questions pour le référendum mondial.
La séance plénière de la Commission rapportée au référendum sur le changement climatique a défini hier soir cinq questions basiques qui seront formulées dans tout le globe pour sauver la planète la Terre.
1.-Êtes-vous d’accord pour changer ce modèle capitaliste de surproduction et de superconsommation et rétablir l’harmonie avec la nature en reconnaissant et en respectant les droits de la Terre ?
2.-Êtes-vous d’accord pour que les pays et les sociétés transnationales réduisent et réabsorbent leur production de gaz à effet de serre proportionnellement à leurs émissions et aient des responsabilités historiques pour que l’on modère le réchauffement global ?
3.-Êtes-vous d’accord pour transférer tout ce qui est dépensé dans les guerres dans un budget pour la défense de la Terre ?
4.-Êtes-vous d’accord pour que nos pays se transforment en territoires de paix, libres d’occupation de troupes et de bases militaires étrangères ?
5.-Êtes-vous d’accord pour la constitution d’un Tribunal de Justice Climatique pour juger ceux qui détruisent la planète ?

- Les solutions capitalistes reproduisent la déprédation.
Le capitalisme n’a pas de solution pour le monde, c’est un système décadent. Les solutions capitalistes au réchauffement global, à la mise à sac de la nature et à l’épuisement des ressources naturelles aggravent la situation d’urgence dans laquelle la vie a été placée et reproduisent une dynamique prédatrice, accapareuse et exterminatrice qui a conduit à la situation de danger dans laquelle nous nous trouvons actuellement.

- d’Escoto et Boff se rencontrent à la table sur des droits.
L’ex-secrétaire général de l’Assemblée des Nations Unies Miguel d´Escotto et le philosophe brésilien Leonardo Boff ont été d’accord sur le fait que l’anthropocentrisme est la principale caractéristique de l’homme moderne qui fait que la Terre est traitée comme un simple objet de production de ressources naturelles.

- les Indigènes du monde iront à Cancún pour faire pression.
Dans sa séance plénière, la table liée aux Peuples Indigènes a décidé la réalisation de marches simultanées depuis divers points de la planète, spécialement depuis l’Amérique du Sud vers la ville de Cancún, Mexique, où se déroulera le Sommet sur le Changement climatique organisé par l’ONU.

- l’Équateur offre aux USA de l’argent pour qu’ils signent le Protocole de Kyoto.
L’Équateur a offert aux États-Unis une compensation de 2,5 millions de dollars s’ils adhèrent au Protocole de Kyoto, a indiqué en Bolivie Marie Fernanda Espinoza, ministre équatorienne Coordonnatrice du Patrimoine, dans le cadre d’une conférence climatique alternative.

- Hugo Chávez s’invite à la conférence de Tiquipaya.
“Pachamama ou la mort !”. C’est de cette manière qu’Hugo Chávez, président de la République Bolivarienne du Venezuela, a secondé mercredi matin Evo Morales dans un discours retentissante pour sauver la Terre-Mère.

- les Femmes présentes dans un événement autogéré.
Le Réseau des Femmes Transformant l’Économie (Remte-Latinoamericana) a réalisé l’événement autogéré “Transformer l’économie avec justesse pour les femmes et pour la Pachamama”.

- le Tribunal de Justice Climatique à été créé.
La table N° 5 – tribunal de Justice Climatique – a approuvé hier la création du Tribunal Environnemental de Justice Climatique qui jugera les pays, les entreprises nationales et transnationales qui contaminent l’environnement, dont le siège sera défini par les présidents des États qui mettront en place cet organisme judiciaire.

- la Bolivie a mis en place une loi pour protéger es animaux.
Des organisations des défenseurs des droits d’animaux des États-Unis, d’Europe et d’Amérique du Sud font pression pour que les droits des animaux soient promulgués dans des lois nationales, comme cela s’est passé en Bolivie, qui en juillet dernier a mis en place une loi pour des cirques sans animaux, a indiqué mercredi Ximena Flores en charge de son application.

Source : Cambio, articles du 22 avril relatifs au sommet de Cochabamba
Traduction : Primitivi


Sur le même thème