Nouvelle attaque sur l’ambassade brésilienne au Honduras

par Ronnie Huete
Je partage sur :

Nouvelle attaque sur l’ambassade du Brésil


par Ronnie Huete

[NDT : Voir également le complément d’information à propos des francs-tireurs et des paramilitaires]

Tegucigalpa, le 8 octobre (PL) L’ambassade diplomatique du Brésil où se trouve réfugié le président de l’Honduras Manuel Zelaya depuis le 21 septembre, est objet de menaces intimidantes de la part des éléments de la Direction Nationale d’Investigation Criminelle (DGIC).
Selon les rapports nocturnes de la station radio radio Globo qui diffsue clandestinement sur internet, les agents de la DGIC ont placé une grue hydraulique avec une plate-forme mobile de deux étages en face du bâtiment du siège diplomatique.

Dans ses déclarations pour Radio Globo le dirigeant du front national contre le coup d’état, Rasel Tome qui accompagne le président Zelaya, a décrit que les policiers pointent leur fusil vers l’ambassade brésilienne.

Aux dires de Tome, les militaires font beaucoup de bruit avec leurs armes pour intimider tous ceux qui se trouvent dans le siège diplomatique.
Il a également ajouté que les policiers placent un appareil qui produit un bruit assourdissant qui cause une forte commotion sonique, les LRAD (Long Range Acoustic Device).
[NDT : cette arme sonore fabriquée par American Technology Corp. a déjà été utilisé contre l’ambassade du Brésil lors de la précédente attaque (Voir la vidéo ici - avec le son c’est mieux -), c’est le même type d’appareil qui a été utilisé contre les manifestants du G20 à Pittsburgh.]

Cette intimidation psychologique militaire est irrespectueuse des Accords de Vienne, puisque les parties hautes des environs de l’ambassade sont surveillées par les francs tireurs qui les éclairent avec une lumière infrarouge.

Les agents désobéissent également aux récentes directives de l’Organisation des États Américains (OEA) pour ce qui est du respect de la vie privée de l’ambassade du Brésil.
L’ONU s’était déjà prononcé pour de tels motifs avant ces faits, elle avait également fait part de sa préoccupation de l’existence d’un fort groupe de mercenaires au Honduras [NDT : précédemment les entrepreneurs putschistes honduriens avaient été fortement soupçonnés par le journal colombien El Tiempo d’avoir engagé d’anciens paramilitaires des AUC et de les avoir fait venir au Honduras, voir ici : Recrutements de paramilitaires colombiens]

Cet événement viole les Accords de Genève puisque c’est une hostilité militaire contre un espace territorial du Brésil.
[NDT : en fait cela viole à la fois les Accords de Vienne sur immunité et l’inviolabilité des légations diplomatiques et les Accords de Genève sur le devoir de non ingérence et de non agression sans déclaration préalable]

Pour Rasel Tome cette attaque vient confirmer que le leader du régime de facto Roberto Micheletti, a de fortes intentions de se maintenir au pouvoir de manière illégale.

Dans l’ambassade du Brésil se trouvent environ 60 personnes : des sympathisants du Président Zelaya, la première dame du pays Xiomara Castro, Manuel Zelaya, et le personnel diplomatique du siège du pays sud-américain.

Cet événement d’intimidation coïncide avec le deuxième jour de dialogue entre la commission de l’OEA avec la commission du gouvernement légitime de Zelaya et celle du gouvernement de facto de Micheletti.

Suivant l’avis du membre du front national, Carlos Eduardo Reina, ces actions confirment que le régime fasciste trompe son monde et est irrespectueux des délégations de l’OEA.

Ronnie Huete

Source Vos El Soberano Nuevo ataque a la embajada de Brasil
Traduction : Primitivi

Des francs tireurs postés autour de l’Ambassade du Brésil

Peu après 21h30 (2h30 GMT) dans la nuit du jeudi 08 octobre, un contingent police s’est positionnée et a rejoins les forces militaires déjà installées en face de l’ambassade du Brésil où loge le président Manuel Zelaya. Les policiers ont installé une plate-forme sur vérins qui arrive presque au deuxième étage de l’ambassade, sur laquelle ont pris place des francs tireurs armés de viseurs infrarouges.

De plus d’après les sources de la résistance que les tireurs d’élite ont tiré en direction de l’ambassade, à environ cinq mètres de distance des bâtiments, dans le but évident d’intimider les personnes qui se trouvent à l’intérieur. Près de 60 personnes sont logées actuellement dans l’ambassade brésilienne, le personnel de l’ambassade ainsi que Manuel Zelaya, sa femme et des membres de la résistance.

Tandis que CNN diffuse la nouvelle de l’intervention de médiation de l’OEA, cataloguée comme un succès, et la mise en place d’une table de dialogue au Honduras, le gouvernement de facto se moque ouvertement de ces actions, des recommandations de l’OEA et de l’ONU, qui priait les putschistes de faire évacuer ses troupes de devant l’ambassade. L’ONU s’est déjà prononcé face à cette situation violente en déclarant ses préoccupations face à la présence de mercenaires paramilitaires, qui auraient été engagés par les putschistes, au Honduras.

Source Vos El Soberano Francotiradores apostados en las cercanías de la Embajada de Brasil
Traduction : Primitivi


Sur le même thème