Bolivie : La dette climatique, une idée subversive

Je partage sur :

Jeudi 22 avril, dernier jour du Sommet Climatique de Cochabamba, nous continuons le relais d’articles se rapportant à ce sommet des peuples qui fait suite à l’échec du sommet des états qui s’est déroulé l’an passé à Copenhague.

Après la question de la nécessité d’un Tribunal de Justice Climatique nous relayons un article de Nicola Bullard qui traite de l’idée de dette climatique. Ou comment rétablir la réalité de la dette que les pays développés, comme de bons commerciaux tentent chaque jour de retourner à leur avantage, et ce quelles que soit les conséquences globales. Vous avez dit inconscience ?

Peut-être que sans en comprendre pleinement la signification ni les implications, les mouvements progressistes ont gravité autour de la consigne de la “dette climatique” comme une voie vers le monde complexe des négociations sur le climat. Il est facile de comprendre pourquoi : la dette est un concept simple et dans un monde juste les dettes doivent être payées.

Cependant - plus que cela — la notion de dette climatique arrive au centre de la politique autour du changement climatique. Elle pose la question centrale de la responsabilité historique et de qui doit à qui et pourquoi. Et grâce à la redéfinition de la "dette" en tant que problème systémique plutôt qu’en tant que problème financier on reconsidère les relations traditionnelles entre riches et pauvres. En général, ce sont les riches qui sont les créanciers, et exigent le paiement de la part des pauvres, mais la dette climatique inverse cette relation : maintenant les pauvres et les marginaux sont — le Sud Global — ceux qui réclament leurs dettes, non pour un bienfait personnel, mais pour l’avenir de l’humanité et de la Terre-Mère.

En ce sens, la dette climatique est une puissante idée qu’il lie problématiques, groupes sociaux et stratégies avec l’attrait supplémentaire d’utiliser un langage simple comme un cheval de Troie pour introduire des idées complexes et potentiellement subversives. Mais si nous n’avons pas d’idée claire de ce que “nous“ entendons par dette climatique, il existe toujours le risque que les principes et les idées qui la soutiennent soient cooptés et se diluent. Peut-être n’existe pas une définition définitive de la dette climatique, mais comme pour les mouvements et les activismes pour la justice sociale il est utile d’avoir une vision commune de ce que l’on veut dire et de ce que l’on demande.

Qu’est-ce que la dette climatique ? Le concept de dette écologique a été présent pendant plusieurs années. Une action Écologique de l’Équateur parle de la dette écologique comme “la dette accumulée par les pays du Nord industriel envers les pays et les peuples du Sud à cause du pillage des ressources, les dégâts environnementaux et l’utilisation de l’espace environnemental comme d’un dépôt d’ordures, par exemple avec les gaz à effet de serre”. En termes clairs, la dette climatique n’est qu’un petit morceau du bilan beaucoup plus important de la dette écologique, mais elle peut être divisée en parties compréhensibles et mesurables.

Une partie de la dette climatique se rapporte aux impacts des émissions excessives de gaz à effet de serre qui entraînent le réchauffement global : des phénomènes climatiques extrêmes et fréquents, des inondations, des sécheresses, des orages, des maladies, une déperdition de terres cultivables et de biodiversité, perte de l’accès la terre, migration, pauvreté et bien d’autres. Dans le langage de l’ONU, ces impacts humains très réels sont regroupés et mis en “quarantaine“ comme les coûts d’une “adaptation“.
Le deuxième élément de la dette climatique est le coût de la réorganisation des sociétés et les économies de telle manière que les émissions de gaz à effet de serre soient radicalement réduites : c’est ce qui s’appelle la mitigation [1], et embrasse presque tous les aspects de l’activité humaine de l’agriculture, l’énergie et le transport, jusqu’aux formes d’organisation des villes, les modèles de consommation et le commerce mondial.

Pour le gouvernement bolivien c’est équivalent à une “dette de développement” qui serait compensé après avoir garanti que toutes les personnes ont un accès aux services de base et que tous les pays sont suffisamment industrialisés pour garantir leur indépendance. Une troisième partie de la dette est plus difficile à calculer : certains la nomment la dette des émissions.

Il se réfère au fait que les pays riches ont dépensé la plupart de la capacité d’absorption des gaz à effet de serre de l’atmosphère, sans laisser “d’espace atmosphérique” avec lequel le Sud pourrait "grandir". Étant donné qu’il existe une très grande corrélation entre la croissance économique et les émissions de gaz à effet de serre dans le contexte technologique actuel, cela équivaut à dire que les pays en développement doivent limiter leur croissance économique. La seule manière de compenser cette dette c’est que les pays riches réduisent radicalement leurs propres émissions.

Le gouvernement bolivien inclut encore deux éléments dans le calcul de la dette climatique. En plus de l’adaptation, de la mitigation et de la dette des émissions, il identifie une “dette de migration”, qui seraient compensée par l’abandon des pratiques restrictives de migration et par le traitement de tous les êtres humains avec dignité. Et enfin, la dette envers la Terre-Mère. Suivant le gouvernement bolivien, cette dette est “impossible à compenser complètement, parce que les atrocités commises par l’humanité ont été trop terribles. Cependant, la compensation minimale de cette dette consisterait en la reconnaissance des dommages causés et l’adoption d’une Déclaration des Droits de la Terre-Mère par l’ONU, afin de garantir que ces abus ne se répètent jamais plus dans le futur. En tenant en compte tous ces composants, la dette des riches envers pauvres est incommensurable.

Qui est responsable de la dette climatique ? Cette question est au centre des négociations de la CMNUCC [2], puisque derrière le langage technique il s’agit au fond d’argent et d’intérêts économiques. C’est pourquoi les États-Unis ont poussé l’Accord de Copenhague durant COP15, afin de redéfinir qui est responsable et ainsi éviter le paiement de leur quote-part.

La situation actuelle est que les pays riches, et spécialement ceux qui présentent la plus grande accumulation historiques d’émissions de gaz, ne sont simplement pas disposées à payer leur dette. Après avoir accumulé leur richesse et leur sécurité sur le dos des pauvres, à travers la destruction de la nature et l’extraction des ressources, les pays riches se refusent à payer la facture, tant en termes de prix réels de mitigation et d’adaptation, qu’en termes de changement de leur propre consommation très gaspilleuse.

Ils se refusent à réduire non seulement leurs propres émissions — et de cette manière ils déplacent sur les autres la charge de la réduction — mais ils essaient également d’accuser les pays en développement comme la Chine, le Brésil et l’Inde, dont les émissions actuelles augmentent à un rythme soutenu.

La dette pourra-t-elle se payer ? Bien que plusieurs aspects de la dette peuvent être comptabilisés et calculés — par exemple, les coûts des technologies propres, la restauration des forêts dévastées, le changement pour une agriculture soutenable ou la construction d’infrastructure adaptée au climat — la dette réelle ne peut pas être calculée.

C’est beaucoup plus qu’un chiffre ou qu’une somme d’argent, la dette climatique symbolise plus de 500 ans de relations inégales entre le Nord et le Sud, entre riches et pauvres, entre exploiteurs et exploités. La dette climatique est aussi une mesure de la folie totale du capitalisme — qu’il soit comme marché libre ou étatique — en tant que modèle pour la gestion de la société humaine et les écosystèmes de la Terre.

En dernier ressort, la seule façon de pouvoir payer la dette est en assurant que les relations historiques d’inégalité sont cassées une fois pour toutes et que de "nouvelles" dettes ne s’accumulent pas.

Cela requiert un changement de système, au Nord et au Sud. C’est pourquoi la dette climatique est une idée tellement subversive.

Nicola Bullard
ALAI, l’Amérique Latine en Mouvement

Source : Cambio "Deuda climática, una idea subversiva"
Traduction : Primitivi


[1Mitigation : signifie atténuation en matière de prévention de risques majeurs naturels. Il s’agit donc d’atténuer les dommages sur les enjeux pour les rendre plus supportables par la société. Voir sur wikipédia

[2CMNUCC : Convenio Marco de las Naciones Unidas sobre Cambio Climático, Convention-Cadre des Nations Unis sur le Changement Climatique (CQNUMC) http://unfccc.int/

Sur le même thème