Colombie : Uribe menace les cinéastes argentins et les réfugiés politiques colombiens en Suède et dans le monde

Par Dick Emanuelsson
Je partage sur :

Interview de l’ambassadeur colombien de Stockholm au sujet des déclarations violentes d’Uribe au sujet de cinéastes argentins [2] et de réfugiés politiques colombiens en Suède, et également à propos d’un mémo que son homologue de Buenos Aires a envoyé aux ressortissants colombiens vivants en Argentine (fichier audio de l’interview joint).

L’ambassadeur colombien à Buenos Aires, demande à ses compatriotes habitant l’Argentine de dénoncer toutes les personnes pouvant être soupçonner d’apporter un quelconque soutien aux FARC ou à leur cause (le duplicata du mémento est également joint).

L’ambassadeur colombien à Stockholm, Rafael Nieto Navia, dans un entretien avec le reporter Dick Emanuelsson indique qu’il ignore totalement les déclarations menaçantes d’Álvaro Uribe contre des journalistes et des cinéastes argentins et contre des réfugiés politiques colombiens exilés dans le monde, plus particulièrement en Suède.

Álvaro Uribe, président de la Colombie

Ainsi Uribe disait dans un entretien radiophonique en Colombie sur les journalistes argentins : "Et je demande, qui a fait le tournage des FARC ? Et ils me disent que là-bas il y a quelques criminels argentins qui les aident avec ces vidéos. Nous travaillons patiemment sans pause, à toute heure, pour combattre ces criminels. Là maintenant nous avançons aussi POUR CHERCHER CES AUXILIAIRES DU TERRORISME qui depuis des lieux quelconques aident les FARC." [3]

Sur ses menaces contre les exilés colombiens en Suède, Uribe souligne : "Et ces criminels, ce psychiatre et les autres bandits qui sont des colombiens professionnels [4] qui vivent là-bas en Suède et dans d’autres pays, TOUS, NOUS ALLONS TOUS LES ABATTRE".

JPEG Mémento de l’Ambassadeur colombien à Buenos Aires, le lien permet de la rendre lisible.

Rafael Nieto Navia est ambassadeur colombien en Suède et nous nous entretenons avec lui.

Dick Emanuelsson : Ce que dit le Mémorandum de l’ambassade colombienne à Buenos Aires...

Rafael Nieto Navia : Non, je n’ai pas reproduit cela. Cela touche l’ambassade là-bas à Buenos Aires, c’est une ambassade distincte.

DE : Mais vous avez le même patron, la chancellerie colombienne.

RNN : Oui, mais non... la chancellerie ne m’a pas donné instructions de le faire. Je n’ai envoyé un mémorandum à personne. Je n’ai de raison de l’envoyer.

Le Réseau des crapauds d’Uribe en Argentine
DE : Je cite quelques lignes du mémorandum envoyé depuis l’ambassade colombienne à Buenos Aires où l’ambassadeur Álvaro García Jiménez appelle toute la communauté colombienne en Argentine à coopérer pour remettre à l’ambassade des informations sur une "quelconque activité qui pourrait constituer une propagande ou une publicité pour les groupes de narcotrafiquants et terroristes qui opèrent en Colombie".

N’avez-vous pas envoyé ou ne planifiez-vous pas d’envoyer une note similaire à la communauté colombienne en Suède ?

RNN : Non, non. Je n’ai pas instruction de faire cela.

DE : Étiez-vous présents à la réunion à Bogotá avec 29 autres ambassadeurs colombiens présents dans le monde dont douze en vidéoconférence ?

RNN : J’étais connecté en vidéoconférence, oui.

DE : Et la conclusion de cette réunion selon le Chancelier Jaime Bermúdez était d’intensifier le travail sur le plan international, plus "d’audace". D’un manière concrète, qu’est-ce qu’il veut dire par là ?

RNN : Vous devriez lui demander (au Chancelier), me ne demandez pas cela à moi. Nous avons à prépaper un plan de gestion, et nous sommes là dessus. Ce qui se passa dans d’autres ambassades ne me concerne pas. Nous devons suivre les instructions que nous recevons de la chancellerie. Ce que j’ai compris de ce que proposait le Chancelier, c’est que les ambassadeurs soient plus actifs, qu’ils ne s’endorment pas sur leurs lauriers.

DE : Comment arrêter les réfugiés politiques colombiens en Suède ?

Selon El Tiempo (le quotidien du vice-président Santos) le motif pour la réunion des ambassadeurs à la chancellerie était la production d’un film que des cinéastes argentins [5] avaient produit. El Tiempo écrit : "La stratégie fait partie de ce qui dans des mots du Chancelier doit être ’une politique extérieure plus audacieuse’ et ’sans complexes’." Si on lit le mémorandum de l’ambassade colombienne à Buenos Aires et qu’on écoute les déclarations d’Uribe sur la Suède il dit tout de même : "TOUS, NOUS ALLONS TOUS LES ABATTRE !"

Quel est votre commentaire sur ce rendez-vous ?

RNN : Je ne vais pas commenter ce que disent les médias .

DE : C’est un enregistrement audio d’un entretien qu’Uribe a donné à RCN en Colombie [6]. Si vous voulez, je le mets ici pour que vous puissiez l’écoutez ?

RNN : Je ne l’ai pas entendu et je ne vais pas commenter des mots du président Uribe. Ce que je veux dire, c’est que la réunion de janvier était d’évaluer toute la politique internationale et les plans de cette année de ce que nous allons faire. Ce n’a pas été pour parler d’une vidéo ou de ces choses. Ce que dit El Tiempo ou ce que dit RCN je ne peux pas le commenter par que j’ai rien à voir avec cela.

DE : Ce n’est pas RCN ou El Tiempo qui le dit, c’est le président Uribe.

RNN : Je n’ai pas à commenter ce qu’il dit.

DE : C’est inquiétant pour la population suédoise et j’imagine que ça l’est aussi pour les autorités suédoises, comme la chancellerie suédoise qui entend les mots d’Uribe qui dit que : "TOUS, NOUS AVONS TOUS LES ABATTRE !"

RNN : Vous pouvez lui donner un sens, je peux penser à autre chose...je non...que c’est un sens distinct. Cela ne représente pas une menace physique ou verbale.

DE : Nous avons aussi l’expérience de monsieur Ernesto Yamhure qui a été premier secrétaire de l’ambassade colombienne à Stockholm qui a été récemment démasqué comme le conseiller politique et l’ami personnel de Carlos Castaño [Carlos Castaño était le chef des groupes paramilitaires AUC (Auto-defensas Unidas de Colombia)], également confirmé lors d’un entretien par le conseiller politique de Castaño, Juan García et par la suite confirmé par Fredy Rendón, ex-chef paramilitaire.

RNN : Qu’est-ce que vous voulez que je dise ? Monsieur Yamhure n’est pas ici, quand il y était je n’étais pas là. S’il était ou n’était pas mêlé avec les paramilitaires ou s’il a été et je ne peux commenter rien de cela. Je ne sais pas si monsieur Yamhure a un problème avec la justice en Colombie.

Ernesto Yamhure, ex premier secrétaire de l’ambassade colombienne à Stockholm, démasqué comme assesseur politique et ami personnel de Carlos Castaño, chef des AUC, qui a confessé au total 150 000 assassinats (!)

DE : La chancellerie colombienne a expédié un décret en 2002 pour la création d’un "réseau de 100 000 amis à l’étranger". Quelles formes a pris (le décret) en Suède ?

RNN : Je n’ai pas reçu d’instructions de la chancellerie.

DE : C’était en 2002 quand Uribe a été élu la présidence.

RNN : Je n’étais pas ici, je ne sais pas, je n’ai pas vu cela, c’est la première fois....

DE : Et les contacts avec la communauté colombienne en Suède qu’elles formes prennent-elles ?

RNN : Nous avons un contact comme toutes les ambassades à travers des courriers et des e-mails avec lesquels nous envoyons des informations et nous les invitons à participer aux événements et nous leur disons qu’il y a des cours, c’est tout ce que nous faisons.

Ainsi se termine l’entretien avec l’ambassadeur Rafael Nieto Navia qui évidemment, face aux déclarations d’Uribe qui ne laisse personne dans le doute, doit se sentir dans ses petits souliers.

L’ambassadeur a déclaré qu’il ignore tout des déclarations d’Uribe mais dans un entretien [7] du 15 janvier 2010 à CAFÉ Y NOTICIAS, émission de RNC, il écarte une protection à Anncol [8] en Suède :
"Rafael Nieto Navia, ambassadeur de la Colombie en Suède, a écarté dans un dialogue avec CAFÉ Y NOTICIAS que le gouvernement suédois prête une attention au communiqué publié par trois organisations basées en Suède et proches du groupe de guerilleros des Farc, où elles demandent une protection face aux menaces du gouvernement du président Álvaro Uribe".

Une chose est de faire une déclaration vers son propre patron, c’en est une autre de rendre des comptes à la chancellerie suédoise et à la police d’immigration ou aux organismes de sécurité suédoise, au SÄPO.

Par Dick Emanuelsson

Source :
Dick Emanuelsson Uribe amenaza cineastas argentinos, y refugiados políticos colombianos en Suecia y en el mundo via Kaosenlared
Traduction : Primitivi


[3Déclaration radiophonique d’Uribe, téléchargeable ici, elle est également jointe à la fin de cet article

[4Uribe a bien dit "colombianos profesionales", un concept que nous n’avons pas compris à Primitivi

[5Combattre la ’diplomatie parallèle’ des FARC sera axe de la politique extérieure en 2010, voir "Combate a ’diplomacia paralela’ de las Farc será eje de la política exterior en 2010"

Jaime Bermúdez, Chancelier : "Les colombiens et les colombiennes savent parfaitement qu’il s’agit de criminels, de terroristes et d’assassins. Nous avons discutés avec tous les ambassadeurs (29 présents et 12 en vidéoconférence) l’importance de que les gouvernements étrangers soient attentifs à toute divulgation qui permet de faire une apologie du crime et du délit comme prétendent le faire les FARC", a dit Bermúdez, faisant allusion à la projection en Argentine d’une vidéo qui montre les guérilleros comme des agriculteurs inoffensifs.

[6RNC : Radio Nacional Colombia, la radio officielle qui est également un organe gouvernemental

[8Anncol : Agencia de Noticias Nueva Colombia, agence de presse alternative basée à Stockholm


Sur le même thème