Honduras/Europe : la société civile désavoue le Parlement Européen

par Luis Guillermo Pérez
Je partage sur :

Bruxelles - Suite à la décision de l’UE de reconnaître le gouvernement de Porfirio Lobo au Honduras et de reprendre les négociations de l’Accord d’Association UE-AC (AdA), avec pour but de les boucler avant le sommet Union Européenne/Amérique Latine et Caraïbe qui aura lieu sous la présidence espagnole au mois de mai, les organisations de la société civile hondurienne remettent en cause la décision de l’UE de reconnaître le nouveau président du Honduras.

Les réseaux Groupe Sud, Aprodev, ALOP, la FIDH et CIFCA ont organisé un débat au Parlement Européen le 24 février dernier en convoquant la Commission Européenne et les différentes forces politiques du Parlement Européen, avec 4 représentants de la société Civile hondurienne, des membres des organisations de droits de l’homme et du Front National de Résistance Populaire.
Les délégués de la société civile hondurienne Bertha Oliva du COFADEH, Víctor Fernández du CDM, Jesus Garza del Chaac et Lorraine Zelaya du Front de Résistance ont été unanimes à réclamer à la communauté internationale la non-reconnaissance du gouvernement de Lobo et de considérer que cela représente la continuité du coup d’État de juin 2009. Élu lors d’un processus électoral où l’abstention a été massive et qui fut perverti par la militarisation du pays et de graves violations des droits de l’homme. Ils ont insisté sur le fait que toutes les institutions de l’État sont entre les mains des putschistes, et que reconnaître tel régime serait ouvrir la voie pour d’autres coups d’État en Amérique Latine.

Ils ont aussi manifesté la non-conformité de la Commission Vérité pour laquelle ni les organisations des droits de l’homme, ni les victimes, ni le Front de Résistance n’ont été consultés.

La Commission Européenne pour sa part a rappelé les sanctions qui ont été prises contre le Honduras à la suite du coup d’État, mais considère que les élections du 29 novembre ont été transparentes et légitimes c’est pourquoi ils sont disposés à renouer l’aide et la coopération avec le gouvernement du Honduras, ainsi que l’appuie à la Commission Vérité.

Pour leur part les parlementaires européens ont des opinions divisées, d’un côté les socialistes espagnols ont appuyé leur gouvernement qui a décidé reconnaître Lobo Sosa, parce que leur calendrier la priorité est donnée à la fin des négociations de l’AdA sous la présidence espagnole et ils considèrent que les élections du 29 novembre ont été légitimes. Une opinion que d’autres députés européens socialistes ne partagent pas. Ils ont aussi manifesté leur appui à la Commission Vérité. Cette opinion a été partagée par les partis de droite qui défendent le nouveau gouvernement.

D’un autre côté des représentants des libéraux, des verts et de la Gauche Européenne Unie ont manifesté leur appui aux pétitions des représentants honduriens.
Il a été également rappelé durant le débat l’inconséquence de l’UE face à la rapide reconnaissance du gouvernement de Lobo, alors que le Groupe de Río qui s’est réuni au Mexique le jour précédent, a décidé de ne pas inviter Porfirio Lobo et a annoncé la création de la Communauté Latino-américaine et Caribéenne des Nations sans la participation du Honduras.

Enfin les réseaux ont insisté sur la nécessité de ne pas reprendre la coopération avec l’État du Honduras jusqu’à ce qu’il se soit débarrassé des putschistes dans toutes les institutions de l’État, ils ont également manifesté leur désapprobation de la hâte avec laquelle les européens veulent clore les négociations de l’AdA. Ils ont également remis en cause le "rapport" technique des experts européens et ils ont aussi insisté sur le fait que les violations des droits de l’homme ne peuvent pas rester impunies et que les victimes doivent être entendues.

Source : Vos El Soberano "Organizaciones de la Sociedad civil cuestionan la decisión de la UE de reconocer al Presidente Lobo"
Traduction : Primitivi


Sur le même thème