Le Collectif des Fêtes de Quartier appelle à mobilisation le 30 juin

Je partage sur :

Communiqué de presse et charte du Collectif des Fêtes de Quartier de Marseille.

On reproduit ici le communiqué de presse du Collectif des Fêtes de Quartier.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Créé au printemps 2013, le Collectif des fêtes de quartier de Marseille regroupe aujourd’hui sept structures* et porte d’une voix commune la Charte des collectifs des fêtes de quartier.

Cette charte revendique la reconnaissance des fêtes de quartier en tant qu’outil culturel et social.

Face à l’annulation ou au rétrécissement de plus de la moitié de nos fêtes de quartier, nous interpellerons les élus le 30 juin 2014 à partir de 8h du matin sur la place Bargemon, avant la tenue du conseil municipal.

Nous revendiquerons la nécessité d’une politique claire et de moyens techniques et financiers pour « Les fêtes de quartier » allant au-delà des clivages politiques.

Cette mobilisation précèdera la tenue d’une table ronde en juillet afin de poser, avec les élus et techniciens concernés, les jalons de cette reconnaissance sur la base des propositions que nous avons faites au travers de la charte.

Mis bout à bout, l’ensemble de ces fêtes représente sur une année :

  • une vingtaine d’emplois directs
  • près de 200 emplois mobilisant notamment de nombreux intermittents du spectacle
  • une centaine de contrats de cession
  • une économie réinjectée dans : la location de matériel (son, lumières...), les restaurants, les bars, les imprimeurs, les afficheurs, les graphistes, les caterings, etc...
  • plus de 200 000 spectateurs
  • environ 400 bénévoles

Nous souhaitons qu’enfin des étiquettes, puisqu’il en faut, soient créées, afin que nous soyons reconnus comme des acteurs économiques, culturels et sociaux de la ville de Marseille, et que soient mis en avant le sens et l’éthique des actions que nous menons : remettre l’humain au centre de la cité.

Nous avons besoin des médias locaux pour sensibiliser le grand public autant que les décideurs à cet enjeu majeur pour le vivre ensemble dans notre ville. Nous sollicitons donc votre soutien et comptons sur vous pour couvrir cette initiative du Lundi 30 juin à 8h.

Nous nous tenons à votre disposition pour vous communiquer les éléments (données, images, vidéos) utiles à vos sujets.

Contact coordination : Cendrine Chanut et Marion Ponet : 04.91.50.77.61

*SIGNATAIRES DE LA CHARTE :
Le collectif de la Belle fête de Mai pour la Belle fête de Mai
Le comité des fêtes de l’Estaque pour la Fête de l’Estaque
La compagnie du Pied nu pour les Belsunciades
L’association le Mille pattes pour le Festival du soleil
Le collectif informel des associations du Panier pour la Fête du Panier
L’association Portes Ouvertes Consolat pour le Festival POC
L’association cours Julien pour les Rendez-vous du Plateau (ex Fête du Plateau)


CONTEXTE

Il apparaît de façon palpable que la majorité des fêtes de quartiers, et par voie de conséquence, les structures qui les portent, sont fragilisées depuis plusieurs années. Marseille, capitale européenne de la culture, aura été l’élément déclencheur de leur rassemblement et l’occasion de porter
leur parole auprès des habitants et des politiques.

Si l’on considère, une partie du cahier des charges, qui a sans doute permis à Marseille d’obtenir ce label, c’est bien justement la richesse culturelle de la ville et paradoxalement la pauvreté de la mise en valeur des acteurs locaux.
Il est attristant de constater que beaucoup de difficultés et de restrictions à l’organisation de manifestations s’ appliquent sur un nombre de quartiers dit « sensibles ».
On assiste là à un nouveau paradoxe, entre le besoin d’expression de ces quartiers sous pression et la mise en sourdine imposée.

DEFINIR UNE FÊTE DE QUARTIER

Les fêtes de quartiers sont bien plus que de simples « évènements » populaires. Chaque fête de quartier est le reflet d’une série de propositions artistiques et d’initiatives locales des habitants, des usagers et des commerçants.

Chaque fête est portée par des acteurs organisés sur leur territoire. Ces derniers ont une double fonction de programmation et de coordination des initiatives locales. La structure ou le collectif qui porte la fête de quartier raisonne en fonction de la typologie de son territoire (collectif, association de quartier, compagnie, comité des fêtes...).
Elle valorise les ressources du quartier pour assurer la mise en œuvre de l’évènement ; elle garantit le professionnalisme de l’organisation technique et ses conditions d’accès.

Les fêtes de quartier permettent de valoriser un territoire. Ces sont des manifestations plurielles (artistiques, culturelles, rassemblant amateurs et professionnels) et transgénérationnelles. Vecteurs de lien social, de citoyenneté et d’ouverture vers l’extérieur, ces évènement favorisent le mieux vivre ensemble et l’animation économique du territoire. La fête de quartier, sous toute ses formes, est l’occasion de construire ensemble,
de partager et de se rassembler.

LES FÊTES DE QUARTIERS DE MARSEILLE ONT DECIDÉ DE SE REGROUPER EN COLLECTIF POUR MUTUALISER LEURS SAVOIR-FAIRE ET MILITER POUR FAIRE VALOIR AUPRES DES POUVOIRS PUBLICS ET DES HABITANTS :

- La nécessité sociale de nos fêtes qui contribuent à la régulation de nos quartiers.
- Le travail à l’année des associations qui les portent et créent du lien social sur le territoire.
- La réalité économique de nos fêtes qui font vivre l’économie d’un quartier et participent au développement du territoire.
- La mise en avant des identités des quartiers de Marseille, car les fêtes de quartiers mettent en valeur la créativité d’un quartier, favorisent la libre expression et la libre appropriation de l’espace public.
- L’envie donnée aux individus de sortir de leur isolement, de leur quartier, de « vivre la ville » et de partir à la découverte de soi et de l’autre.

Nous souhaitons finalement peu de choses : qu’ enfin des étiquettes, puisqu’il en faut, soient créées afin que nous soyons soutenus de façon pérenne pour les actions que nous menons, mais aussi pour le sens et l’éthique que nous défendons : remettre l’humain au centre des débats et de la cité.

PROPOSITIONS PORTÉES PAR LE COLLECTIF

Une fête de quartier n’ est pas une « sous manifestation » et nécessite une exigence dans les moyens et les conditions de sa mise en œuvre. De ce fait, elle ne peut pas être parachutée.

LA RECONNAISSANCE DES FÊTES DE QUARTIERS DANS LA VIE DE LA
CITÉ EST INDISPENSABLE ET DOIT SE TRADUIRE PAR :

  • La reconnaissance de la dimension culturelle des fêtes de
    quartiers et de leur dimension plurielle,
  • La mise à disposition gratuite de l’espace public,
  • La mise à disposition de matériel technique et logistique,
  • La mise à disposition de moyens humains,
  • La participation financière prioritaire de la ville de Marseille
    (convention pluri-annuelle).

Cette participation devra se faire sur la base de critères objectifs tenant compte entre autre de la durée de la manifestation, de son ampleur, des conditions de son organisation, de sa localisation…

  • Le respect de la temporalité des différentes fêtes de quartier (mai à septembre),
  • L’étalement des manifestations sur la saison participe à l’année, à la vie de la cité,
  • La garantie du respect de l’indépendance et de l’autonomie des structures organisatrices.

Le collectif des fêtes de quartiers de Marseille est actuellement constitué des signataires ci-dessous et reste ouvert à d’autres initiatives locales.

Le Collectif de La Belle Fête de Mai
L’association Cours Julien pour Les Rendez-Vous du Plateau
La Cie le Pied Nu pour les Belsunciades
L’association Mille-pattes pour le Festival du Soleil
Le Comité des Fêtes de l’Estaque pour l’Instant Européen
Le Festival POC (Portes Ouvertes Consolat)
Le collectif informel des associations du Panier

Contact coordination : Cendrine Chanut ou Marion Ponet 04.91.62.02.31


Sur le même thème