La Bataille de la Plaine

Un film de Sandra Ach, Nicolas Burlaud et Thomas Hakenholz
France | 2020 | 75 min

Je partage sur :

Feindre, ce n’est pas proposer des leurres, c’est élaborer des structures intelligibles. La poésie n’a pas de compte à rendre sur la "vérité" de ce qu’elle dit, parce que, en son principe, elle est faite non pas d’images ou d’énoncés, mais de fictions, c’est à dire d’agencements entre des actes.

Rancière, Le partage du sensible

La Bataille de la Plaine

réalisé en 2020 par Sandra Ach, Nicolas Burlaud et Thomas Hakenholz

Avec la participation et des coups de main à tous les niveaux de plein de monde.

"Marseille, février 2019, La Plaine est encerclée par un mur de 2m50 de haut pour assurer le bon déroulé des travaux et enferme le rêve d’un quartier fait par ses habitants. Mais comment donner à voir ce qui n’est plus sur les images et qu’on est pourtant sûrs d’avoir vécu ? "

De 2016 à fin 2019 la place Jean Jaurès, (plus connue comme « la Plaine  ») dans le centre de Marseille, où se tient trois fois par semaine le plus important marché populaire de la ville a été le théâtre d’une bataille tumultueuse. D’un côté, les services d’urbanisme de la mairie, déterminés à mener un important programme de "requalification" et de "montée en gamme" du quartier. De l’autre, une importante partie des habitants -organisés en "assemblée populaire  »- y voyaient une opération de « gentrification  », et réclamaient d’être associés aux décisions concernant l’avenir du marché et du quartier. Cette bataille épique de 3 ans se termina par la construction brutale, en situation casi-militaire, tout autour de la place, d’un mur en béton de 2,50 m de haut pour assurer le déroulement des travaux. Une équipe de tournage de la télé de quartier s’interroge sur sa place et sur son rôle dans cette bataille. Mais, quand le mur est là, comment donner à voir ce qui n’est plus sur les images et qu’on est pourtant sûrs d’avoir vécu ?
Inspiré par "La Commune (Paris, 1871)" de Peter Watkins, le film raconte cette aventure humaine et proclame (une forme de) "victoire".

CONCERTATION -> ASSEMBLÉES - (1789)

Cependant, Marseille était sur un volcan.

Le peuple, mourant de faim, devenait de jour en jour plus agité. L’administration soupçonnée n’avait plus ni force, ni autorité. Il était impossible que tant de motifs réunis n’amenassent pas quelque explosion.
Le lundi 23 mars 1789, un attroupement considérable se forma à la Plaine Saint Michel. Là, des orateurs, comme il en surgit toujours lors des émotions populaires, excitaient la fermentation en développant les griefs et les sujets de plaintes. Les uns voulaient que l’on forçat les administrateurs à rendre compte des recettes des années précédentes. D’autres proposaient d’aller à l’hôtel de ville sur le champ, réclamer la diminution du prix du pain et de la viande. D’autres encore ne parlaient de rien moins que de mettre tout à feu et à sang.

Enfin cette foule, prenant une détermination, quitta la Plaine, se rua dans la ville au nombre de 6000 âmes et se dirigea vers la mairie. Le conseil municipal présidé par Monsieur le Marquis de Gaillard, maire, était en séance, et s’occupait tranquillement des affaires courantes. Les magistrats, surpris et épouvantés par les menaces de cette multitude qui avaient assailli l’hôtel de ville promirent tout ce qu’on voulût…


Sur le film

PRIMITIVI à la Pierre Noire (15)

Hey ! Primitivi est en résidence à Champagnac/Bois de Lempre, au fin fond de la Creuse, chez l@s amig@s de https://www.lapierrenoire.org/. On travaille sur le film "la bataiile de la Plaine" au sujet de... vous savez quoi ! On montrera notre travail vendredi soir à 19h